Informations

USS Franklin CV-13 - Histoire

USS Franklin CV-13 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

USS Franklin CV-13

(CV-13 : dp. 27 100 ; 1. 872' ; né. 93' ; ew. 147'6" ; dr. 28'7" ; s. 33 k. ; cpl. 3,448 ; a. 12 5"; cl . Essex)

Le cinquième Franklin (CV-13) a été lancé par Newport News Ship building and Dry Dock Co., Newport News, Virginie, le 14 octobre 1943 ; parrainé par le capitaine de corvette Mildred A. McAfee, USNR, directeur des WAVES; et commandé le 31 janvier 1944, avec le capitaine James M. Shoemaker dans la commande.

Franklin a navigué à Trinidad pour le shakedown et peu de temps après est parti dans TG 27.7 pour San Diego pour s'engager dans des exercices d'entraînement intensifs préliminaires au devoir de combat. En juin, il a navigué via Pearl Harbor pour Eniwetok où il a rejoint le TG 58.2.

Le dernier jour de juin 1944, il est sorti pour des frappes de porte-avions sur le soutien de Boninsin lors de l'assaut ultérieur des Mariannes. Ses avions ont obtenu de bons résultats contre les avions au sol et dans les airs ainsi que contre les installations de canons, les aérodromes et la navigation ennemie. Le 4 juillet, des frappes ont été lancées contre IwoJima, Chichi Jima et Ha Ha Jima avec ses avions frappant le sol ; couler un gros cargo dans le port et tirer sur trois navires plus petits.

Le 6 juillet elle a commencé des grèves sur Guam et Rota pour adoucir pour les forces d'invasion et a continué jusqu'au 21ème quand elle a prêté l'appui direct pour permettre l'atterrissage sûr des premières vagues d'assaut. Deux jours de ravitaillement à Saipan lui ont permis de naviguer dans la TF 58 pour des reconnaissances photographiques et des frappes aériennes contre les îles du groupe Palau. Ses avions ont effectué leur mission les 25 et 26, imposant un lourd tribut aux avions ennemis, aux installations au sol et à la navigation. Elle est partie le 28 juillet en route vers Saipan et le jour suivant s'est déplacée à TG 58.1.

Bien que la haute mer ait empêché de prendre les bombes et les roquettes nécessaires, Franklin s'élança pour un autre raid contre les Bonins. Le 4 août est de bon augure, car ses chasseurs lancés contre Chichi Jima et ses bombardiers en piqué et torpilleurs contre un convoi au nord d'Ototo Jima ont fait pleuvoir les destructions contre les stations radio, la base d'hydravions, les pistes d'atterrissage et les navires.

Une période d'entretien et de récréation du 9 au 28 août s'ensuit à Eniwetok avant son départ en compagnie des porte-avions Enterprise (CV-6), BelleauWood (CVL-24) et San Jacinto (CVL-30) pour des attaques de neutralisation et de diversion contre les Bonins. Du 31 août au 2 septembre, des frappes énergiques et productives de Franklin ont infligé de nombreux dégâts au sol, coulé deux cargos, emporté de nombreux avions ennemis en vol et réalisé des relevés photographiques.

Le 4 septembre elle a chargé des approvisionnements à Saipan et a fumé dans TG 38. pour une attaque contre Yap (3-6 septembre) qui a inclus la couverture aérienne directe de l'invasion Peleliu le 15ème. Le groupe a pris des fournitures à l'île de Manus du 21 au 25 septembre.

Franklin en tant que navire amiral du TG 38.4 est revenu dans la région de Palau où il a lancé des patrouilles quotidiennes et des combattants de nuit. Le 9 octobre, elle a rendez-vous avec des groupes de porte-avions coopérant dans des frappes aériennes à l'appui de l'occupation à venir de Leyte. Au crépuscule du 13, le groupe opérationnel a été attaqué par quatre bombardiers et Franklin a été raté de peu par deux fois par des torpilles.

Tôt le 14, un combat de chasse a été effectué contre Aparri, Luzon, après quoi elle a fumé à l'est de Luzon pour neutraliser les installations à l'est avant les débarquements d'invasion sur Leyte. Le 15, elle a été attaquée par trois avions ennemis, dont l'un a marqué avec une bombe qui a touché le coin extérieur arrière de l'élévateur de bord de pont, tuant 3 personnes et en blessant 22. Le porte-avions tenace a poursuivi ses opérations quotidiennes en frappant durement la baie de Manille le 19 octobre. lorsque ses avions ont coulé un certain nombre de navires, endommagé de nombreux navires, détruit une cale sèche flottante et emporté 11 avions.

Pendant les atterrissages initiaux sur Leyte (20 octobre), son avion a frappé les pistes d'atterrissage environnantes et a lancé des patrouilles de recherche en prévision de l'approche d'une force d'attaque ennemie signalée. Le matin du 24 octobre, ses avions ont coulé un destroyer et en ont endommagé deux autres. Franklin, avec les groupes de travail 38,4, 38,3 et 38,2 a accéléré pour intercepter l'avancée des porte-avions japonais et attaquer à l'aube. Les quatre groupes d'attaque de Franklin se sont combinés avec ceux de l'autre porte-avions pour envoyer vers les quatre derniers porte-avions japonais et battre leurs écrans.

Se retirant dans son groupe opérationnel pour faire le plein, elle est revenue à l'action de Leyte le 27 octobre, ses avions se concentrant sur un croiseur lourd et deux destroyers au sud de Mindoro. Elle était en route à environ 1 000 milles de Samar le 30 octobre lorsque des bombardiers ennemis ont semblé se pencher sur une mission suicide. Trois poursuivent obstinément]Franklin, le premier s'effondrant de son côté tribord ; le second frappant le poste de pilotage et s'écrasant sur le pont de la galerie, provoquant la destruction, tuant 56 personnes et en blessant 60 ; le troisième en déchargeant un autre quasi-accident à Franklin avant de plonger dans le pont d'envol du bois Belleau.

Les deux porte-avions se sont retirés à Ulithi pour des réparations temporaires et Franklin s'est rendu au chantier naval de Puget Sound arrivant le 28 novembre 1944 pour la révision des dommages de bataille.

Elle a quitté Bremerton le 2 février 1945 et après des exercices d'entraînement et une qualification de pilote a rejoint TG 58.2 pour les grèves sur la patrie japonaise à l'appui des atterrissages d'Okinawa. Le 15 mars, il a rendez-vous avec les unités de la TF58 et 3 jours plus tard, il a lancé des balayages et des frappes contre Kagoshima et Izumi dans le sud de Kyushu.

Avant l'aube du 19 mars 1945, Franklin qui avait manœuvré plus près du continent japonais que n'importe quel autre transporteur américain pendant la guerre, a lancé un balayage de chasseurs contre Honshu et plus tard une frappe contre la navigation dans le port de Kobe. Soudain, un seul avion ennemi a percé la couverture nuageuse et a effectué une course à basse altitude sur le navire galant pour larguer deux bombes perforantes semi-blindées. et assommer le centre d'information de combat et l'aérodrome. Le second a touché l'arrière, déchirant deux ponts et attisant des incendies qui ont déclenché des munitions, des bombes et des roquettes. Franklin, à moins de 50 miles du continent japonais, gisait mort dans l'eau, a pris un 13 ? liste tribord, a perdu toutes les communications radio et a grillé sous la chaleur des incendies enveloppants. De nombreux erew ont été projetés par-dessus bord, chassés par le feu, tués ou blessés, mais les 106 officiers et 604 enrôlés qui sont restés volontairement ont sauvé leur navire grâce à leur courage et à leur ténacité. Les pertes s'élevaient à 724 tués et 265 blessés, et auraient largement dépassé ce nombre sans le travail héroïque de nombreux survivants. Parmi ceux-ci se trouvaient les lauréats de la Médaille d'honneur, le lieutenant-commandant Joseph T. O'Callahan, SJ, USNK, l'aumônier du navire qui a administré les derniers sacrements, organisé et dirigé des équipes de lutte contre l'incendie et de sauvetage, et a conduit les hommes en dessous pour mouiller les magazines qui menaçaient d'exploser, et le lieutenant (niveau junior) Donald Gary qui a découvert 300 hommes piégés dans un mess noirci et trouvé une sortie est revenu à plusieurs reprises pour conduire les groupes en sécurité. Le Santa Fe (CL-60) a également apporté une aide vitale pour sauver les membres d'équipage de la mer et fermer Franklin pour enlever les nombreux blessés.

Franklin a été pris en remorque par Pittsburgh jusqu'à ce qu'il réussisse à augmenter sa vitesse à 14 nœuds et à se rendre à Pearl Harbor où un travail de nettoyage lui a permis de naviguer par ses propres moyens jusqu'à Brooklyn, NY, arrivant le 28 avril. Après la fin de la guerre, Franklin a été ouvert au public pour les célébrations du Jour de la Marine et le 17 février 1947 a été mis hors service à Bayonne, NJ. Le 15 mai 1949, il a été reclassifié AVT-8.

Franklin a reçu quatre étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.


Le tableau ci-dessous contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS Franklin (CV 13). Veuillez garder à l'esprit que cette liste n'inclut que les dossiers des personnes qui ont soumis leurs informations pour publication sur ce site Web. Si vous avez également servi à bord et que vous vous souvenez de l'une des personnes ci-dessous, vous pouvez cliquer sur son nom pour envoyer un e-mail au marin concerné. Souhaitez-vous avoir une telle liste d'équipage sur votre site Web?

Vous cherchez des souvenirs de l'US Navy ? Essayez la boutique Ship's.

Il y a 84 membres d'équipage enregistrés pour l'USS Franklin (CV 13).

Sélectionnez la période (commençant par l'année de déclaration) : precomm &ndash 1944 | 1945 &ndash maintenant

NomRang/TauxPériodeDivisionRemarques/Photo
Tudor, Robert 1945 et 19 mars 1945 Mon père n'utilise pas d'ordinateur et n'a jamais parlé de son service dans la marine jusqu'à hier soir. J'essaie d'apprendre 63 ans d'histoire dans les prochains jours. Est-ce que quelqu'un se souvient de lui ? Il était dans les roquettes, les bombes et l'armement.
Henderson, HaroldPhM3/c V-6 USNR1945 &ndash 1945unk.Mon grand-oncle (Oncle Scotty) (décédé en 1996) a servi sur le Franklin au moins pendant la bataille d'Okinawa que je connais et dans le port de New York. Je n'oublierai jamais de regarder ses vieilles photos ! Soumis par SSgt. Tim Henderson, U.S.A.F
Jones, Gilmer L.Inconnu1945 &ndash 1945installateur de naviresMon père était un membre relativement nouveau de l'équipage lorsque le Franklin a été touché. En outre, il faisait partie de l'équipage qui a ramené le navire à Brooklyn Navy Yard pour le réaménagement.
Goniwicha, Clarence Hpompier 1ère classe1945 &ndash 14 févr. 1945servi sur USS YMS--48RECHERCHE DES PHOTOS DE MON ONCLE' 039S NAVIRE OU L'UN DE LUI -----IL EST MORT LE 14 FÉVRIER 1945. JE VOUDRAIS DES INFORMATIONS POUR UN PROJET DE GÉNÉOLOGIE JE TRAVAILLE SUR LA FAMILLE. IL EST ENTERRÉ À MANILLE
Murphy, John (Murph)SKV3c1945 &ndash 1946S-1J'ai rejoint l'équipage du Franklin à son retour à New York. J'avais 17 ans. Je connaissais de nombreux membres de l'équipage survivant. Entendu leurs histoires Resté en contact avec beaucoup d'entre eux. Beaucoup sont décédés. Je me souviendrai toujours de ces braves hommes.
Arthur, Careymarin1945 &ndashingénierieInscrit pour mon père-Carey Lynch Arthur de Coleman Falls, VA. Papa a maintenant 88 ans et a servi Franklin à son retour à New York.
Walton, Sidney ( Sid )inconnu1945 &ndashMarineJe ne connais aucune réponse aux questions précédentes. Tout ce que je sais, c'est que mon père était à bord de l'USS Franklin quand il a été bombardé le 19/03/45. Il l'a également emmené à New York. Il est décédé en 2008 et n'a pas pu partager l'épreuve. Des infos le concernant ?
Scherer, Marcs2c1945 &ndash 1946airattribué à l'uss franklin de l'atlantique météo de la flotte de la station aéronavale Norfolk va
Pétraitis, JosephF 2/Cjanv. 1945 &ndash 19 mars 1945La salle des machinesJ'étais au quart 4-8 dans la salle des machines ce jour-là. Nous sommes restés là-bas 3 à 4 heures après l'attaque initiale jusqu'à ce que le chef nous dise qu'on y va. J'ai été récupéré par le Pittsburgh. Pour toute question, appelez-moi au 248-303-9911 Joe
Maîtres, Fred / JeepF 2/C1er janvier 1945 et 1er novembre 194513Je n'ai pas pu la servir très longtemps, mais c'était suffisant pour m'en souvenir toute une vie. Je lui ai été affecté en dehors du camp d'entraînement. Je suis fier d'avoir été membre.
McClellan, WilliamINSIGNE15 janv. 1945 et 10 juin 1945AirStationné au CIC et est allé chercher du café juste avant que les bombes ne frappent.
Sonnelitter, DanielS1c (TM) <-Torpedoman's Mate27 janvier 1945 et 18 mai 1945Marine s'est enrôléC'était mon grand-père. Il est décédé en 1997. Il était sur le Franklin 19/03/45 - je crois qu'il a participé au sauvetage des hommes qui étaient piégés sous le pont - on m'a dit qu'il avait aidé à sauver des hommes de la noyade. Impossible de confirmer.
Fletcher, comteS1/C (TORPEDOMAN)29 janvier 1945 et 19 mars 1945V6 Torpilles-RoquettesJe suis monté à bord en remplacement des pertes de combat précédentes. J'ai été soufflé du fantail en retirant les munitions de 40 MM du chargeur sous les cuves des armes à feu sur le pont de suspension arrière. J'ai été pris en charge par DD674 environ 90 minutes plus tard.
Brown, John S.ÉLECTRICIEN'S MATE 2/CFévrier 1945 &ndash Mai 1946EL'un des quatre John Brown à bord.
Shivley, Richard (Dick)RM 2/C2 février 1945 et 24 mars 1945Groupe aérien 5
Shivley, Richard (Os)RM 2/C2 février 1945 et 24 mars 1945Groupe aérien 13
Edmands, AllanLT. COMDR.7 février 1945 et 19 mars 1945VT5 (Torpedo Squadron 5, les "Torpcats")Je suis Allan C. Edmands, Jr., le fils du Lt. Comdr. Edmands. Une version courte de l'histoire de mon père se trouve sur http://www.ussfranklin.org/LtCmdrAllanEdmands.htm. J'encourage tout parent d'un Franklin KIA à me contacter pour trouver des informations sur votre parent héros.
Bellis, MiltonINSIGNEmars 1945 &ndash mai 1945
Burgmann, Earl G.CMQ11 mars 1945 et 19 mars 1945IntendantC'était mon père et il a été tué le 19/03/1945 à bord du Franklin
Wortner, Frank 19 mars 1945 &ndash mon oncle frank est mort à bord du uss franklin et je suis fier de lui
Baca, Gilbert EugèneS1/c17 déc. 1945 et 10 août 1946Division KAffecté au Franklin à Brooklyn NY lorsqu'il était en réparation. Était dans le bureau de poste du navire. Je connaissais beaucoup d'hommes qui étaient à bord lorsqu'il a été touché au large du Japon. Aussi beau groupe d'hommes qu'il n'y en a jamais eu. Tous des héros.

Sélectionnez la période (commençant par l'année de déclaration) : precomm &ndash 1944 | 1945 &ndash maintenant


USS Franklin (CV 13)

L'USS FRANKLIN était le cinquième porte-avions de classe ESSEX et également le cinquième navire de la Marine à porter ce nom. Gravement endommagé par une frappe aérienne japonaise le 19 mars 1945, le FRANKLIN est retourné aux États-Unis en avril 1945 et est resté à Brooklyn, NY. Après la fin de la guerre, le FRANKLIN a été ouvert au public pour les célébrations de la Journée de la Marine et le 17 février 1947, le navire a été mis hors service à Bayonne, NJ. Le 15 mai 1959, il a été reclassé AVT 8. Le FRANKLIN a été radié de la liste de la Marine le 1er octobre 1964 et vendu pour mise au rebut.

Caractéristiques générales: Attribué : 1940
Quille posée : 7 décembre 1942
Lancé : 14 octobre 1943
Mise en service : 31 janvier 1944
Déclassé : 17 février 1947
Constructeur : Newport News Shipbuilding, Newport News, Virginie.
Système de propulsion : 8 chaudières
Hélices : quatre
Ascenseurs d'avion : trois
Câbles d'équipement d'arrêt : quatre
Catapultes : deux
Longueur : 876 pieds (267 mètres)
Largeur du pont d'envol : 147,6 pieds (45 mètres)
Faisceau : 93,1 pieds (28,4 mètres)
Tirant d'eau : 28,5 pieds (8,7 mètres)
Déplacement : env. 36 500 tonnes à pleine charge
Vitesse : 33 nœuds
Avions : 80-100 avions
Équipage : env. 3448
Armement : 12 canons de 5 pouces (12,7 cm) de calibre 38, 68 canons de 40 mm et 57 canons de 20 mm

Cette section contient les noms des marins qui ont servi à bord de l'USS FRANKLIN. Ce n'est pas une liste officielle mais contient les noms des marins qui ont soumis leurs informations.

Livres de croisière USS FRANKLIN :

Accidents à bord de l'USS FRANKLIN :

La deuxième bombe a touché l'arrière et a traversé deux ponts, attisant les incendies qui ont fait exploser des munitions, des bombes et des roquettes. FRANKLIN, à moins de 50 milles du continent japonais, gisait mort dans l'eau, a pris une gîte à 13 degrés sur tribord, a perdu toutes les communications radio et a été enveloppé par le feu. De nombreux membres d'équipage ont été soufflés par-dessus bord, chassés par le feu, tués ou blessés. Il restait 106 officiers et 604 enrôlés qui, par leur courage et leur ténacité, sauvèrent le navire. Les pertes s'élèvent à 724 tués et 265 blessés. FRANKLIN, le porte-avions le plus lourdement endommagé pendant la guerre, est resté à flot et après un remorquage de l'USS PITTSBURGH (CA 72), a procédé par ses propres moyens à Pearl Harbor pour des réparations d'urgence.

L'USS FRANKLIN a été lancé par Newport News Shipbuilding and Dry Dock Co., Newport News, Virginie, le 14 octobre 1943, parrainé par le lieutenant Cmdr. Mildred A. McAfee, USNR, directrice des WAVES et mise en service le 31 janvier 1944, sous le commandement du capitaine James M. Shoemaker.

Le FRANKLIN a navigué jusqu'à Trinidad pour le shakedown et est parti peu après dans le groupe de travail (TG) 27.7 pour San Diego pour s'engager dans des exercices d'entraînement intensifs préliminaires au devoir de combat. En juin, il a navigué via Pearl Harbor pour Eniwetok où il a rejoint le TG 58.2.

Le dernier jour de juin 1944, il est sorti pour des frappes de porte-avions sur les Bonins à l'appui de l'assaut ultérieur des Mariannes. Ses avions ont obtenu de bons résultats contre les avions au sol et dans les airs ainsi que contre les installations de canons, les aérodromes et les navires ennemis. Le 4 juillet, des frappes ont été lancées contre Iwo Jima, Chichi Jima et Ha Ha Jima avec ses avions frappant la terre, faisant couler un gros cargo dans le port et tirant sur trois navires plus petits.

Le 6 juillet elle a commencé des grèves sur Guam et Rota pour adoucir pour les forces d'invasion et a continué jusqu'au 21ème où elle a apporté un soutien direct pour permettre l'atterrissage en toute sécurité des premières vagues d'assaut. Deux jours de ravitaillement à Saipan lui ont permis d'embarquer dans la Task Force (TF) 58 pour des reconnaissances photographiques et des frappes aériennes contre les îles du groupe Palau. Ses avions ont effectué leur mission les 25 et 26, imposant un lourd tribut aux avions ennemis, aux installations au sol et à la navigation. Elle est partie le 28 juillet en route vers Saipan et le jour suivant s'est déplacée à TG 68.1.

Bien que la haute mer ait empêché de prendre les bombes et les roquettes nécessaires, FRANKLIN a fumé pour un autre raid contre les Bonins. Le 4 août 1944 est de bon augure, car ses chasseurs lancés contre Chichi Jima et ses bombardiers en piqué et avions lance-torpilles contre un convoi au nord d'Ototo Jima ont fait pleuvoir les destructions contre les stations radio, la base d'hydravions, les pistes d'atterrissage et les navires.

Une période d'entretien et de loisirs du 9 au 28 août s'est ensuivie à Eniwetok avant son départ en compagnie des porte-avions USS ENTERPRISE (CV 6), USS BELLEAU WOOD (CVL 24) et USS SAN JACINTO (CVL 30) pour des attaques de neutralisation et de diversion aga inst les Bonin. Du 31 août au 2 septembre, des frappes énergiques et productives de FRANKLIN ont infligé de nombreux dégâts au sol, coulé deux cargos, ensaché de nombreux avions ennemis en vol et réalisé des relevés photographiques.

Le 4 septembre 1944, elle a chargé des approvisionnements à Saipan et a fumé dans TG 38.4 pour une attaque contre Yap (3-6 septembre) qui a inclus la couverture aérienne directe de l'invasion Peleliu le 16. Le groupe a pris des fournitures à l'île de Manus du 21 au 25 septembre.

Le FRANKLIN, en tant que navire amiral du TG 38.4, est retourné dans la région de Palau où il a lancé des patrouilles quotidiennes et des chasseurs de nuit. Le 9 octobre, elle a rendez-vous avec des groupes de transporteurs coopérant dans des frappes aériennes à l'appui de l'occupation à venir de Leyte. Au crépuscule du 13, le groupe de travail a été attaqué par quatre bombardiers et FRANKLIN à deux reprises a été manqué de peu par des torpilles. Un avion ennemi s'est écrasé sur le pont du FRANKLIN à l'arrière de la structure de l'île, a glissé sur le pont et dans l'eau sur sa poutre tribord.

Tôt le 14 octobre, un balayage de chasseur a été fait contre Aparri, Luzon, après quoi elle a fumé à l'est de Luzon pour neutraliser les installations à l'est avant les débarquements d'invasion sur Leyte. Le 16, elle a été attaquée par trois avions ennemis, dont l'un a marqué avec une bombe qui a touché le coin extérieur arrière de l'élévateur de bord de pont, tuant trois personnes et en blessant 22. Le porte-avions tenace a poursuivi ses opérations quotidiennes en frappant durement la baie de Manille le 19. Octobre lorsque ses avions ont coulé un certain nombre de navires, endommagé de nombreux, détruit une cale sèche flottante et mis en sac 11 avions.

Pendant les atterrissages initiaux sur Leyte (20 octobre 1944), son avion a frappé les pistes d'atterrissage environnantes et a lancé des patrouilles de recherche en prévision de l'approche d'une force d'attaque ennemie signalée. Le matin du 24 octobre, ses avions ont coulé un destroyer et en ont endommagé deux autres. FRANKLIN, avec les Task Groups 38.4, 38.3 et 38.2, accéléra pour intercepter l'avancée des porte-avions japonais et attaquer à l'aube. Les quatre groupes de frappe de FRANKLIN se sont combinés avec ceux des autres porte-avions pour envoyer vers les quatre derniers porte-avions japonais et battre leurs écrans.

Se retirant dans son groupe opérationnel pour faire le plein, elle est revenue à l'action de Leyte le 27 octobre, ses avions se concentrant sur un croiseur lourd et deux destroyers au sud de Mindoro. Elle était en route à environ 1 000 milles de Samar le 30 octobre lorsque des bombardiers ennemis ont semblé se pencher sur une mission suicide. Trois ont obstinément poursuivi FRANKLIN, le premier tombant de son côté tribord, le second heurtant le pont d'envol et s'écrasant sur le pont de la galerie, faisant pleuvoir la destruction, tuant 56 personnes et en blessant 60, le troisième en déchargeant un autre presque raté à FRANKLIN avant de plonger dans le pont d'envol de BELLEAU BOIS.

Les deux porte-avions se sont retirés à Ulithi pour des réparations temporaires et le FRANKLIN s'est rendu au chantier naval de Puget Sound arrivant le 28 novembre 1944 pour la révision des dommages de bataille.

Elle a quitté Bremerton le 2 février 1945 et après des exercices d'entraînement et une qualification de pilote a rejoint TG 58.2 pour les grèves sur la patrie japonaise à l'appui des atterrissages d'Okinawa. Le 15 mars, il a rendez-vous avec les unités de la TF 58 et 3 jours plus tard, il a lancé des balayages et des frappes contre Kagoshima et Izumi dans le sud de Kyushu.


USS Franklin CV-13 - Histoire

(CV-13 : dp. 27 100 1. 872' b. 93' ew. 147'6" dr. 28'7" s. 33 k. cpl. 3 448 a. 12 5" cl. Essex)

Le cinquième Franklin (CV-13) a été lancé par Newport News Ship building and Dry Dock Co., Newport News, Virginie, le 14 octobre 1943, parrainé par le lieutenant-commandant Mildred A. McAfee, USNR, directeur des WAVES et mis en service le 31 Janvier 1944, avec le capitaine James M. Shoemaker aux commandes.

Franklin a navigué à Trinidad pour le shakedown et peu de temps après est parti dans TG 27.7 pour San Diego pour s'engager dans des exercices d'entraînement intensifs préliminaires au devoir de combat. En juin, il a navigué via Pearl Harbor pour Eniwetok où il a rejoint le TG 58.2.

Le dernier jour de juin 1944, il est sorti pour des frappes de porte-avions sur le soutien de Boninsin lors de l'assaut ultérieur des Mariannes. Ses avions ont obtenu de bons résultats contre les avions au sol et dans les airs ainsi que contre les installations de canons, les aérodromes et la navigation ennemie. Le 4 juillet, des frappes ont été lancées contre IwoJima, Chichi Jima et Ha Ha Jima avec ses avions frappant le sol, coulant un grand cargo dans le port et tirant sur trois navires plus petits.

Le 6 juillet elle a commencé des grèves sur Guam et Rota pour adoucir pour les forces d'invasion et a continué jusqu'au 21ème quand elle a prêté l'appui direct pour permettre l'atterrissage sûr des premières vagues d'assaut. Deux jours de ravitaillement à Saipan lui ont permis de naviguer dans la TF 58 pour des reconnaissances photographiques et des frappes aériennes contre les îles du groupe Palau. Ses avions ont effectué leur mission les 25 et 26, imposant un lourd tribut aux avions ennemis, aux installations au sol et à la navigation. Elle est partie le 28 juillet en route vers Saipan et le jour suivant s'est déplacée à TG 58.1.

Bien que la haute mer ait empêché de prendre les bombes et les roquettes nécessaires, Franklin s'élança pour un autre raid contre les Bonins. Le 4 août est de bon augure, car ses chasseurs lancés contre Chichi Jima et ses bombardiers en piqué et torpilleurs contre un convoi au nord d'Ototo Jima ont fait pleuvoir les destructions contre les stations radio, la base d'hydravions, les pistes d'atterrissage et les navires.

Une période d'entretien et de récréation du 9 au 28 août s'ensuit à Eniwetok avant son départ en compagnie des porte-avions Enterprise (CV-6), BelleauWood (CVL-24) et San Jacinto (CVL-30) pour des attaques de neutralisation et de diversion contre les Bonins. Du 31 août au 2 septembre, des frappes énergiques et productives de Franklin ont infligé de nombreux dégâts au sol, coulé deux cargos, emporté de nombreux avions ennemis en vol et réalisé des relevés photographiques.

Le 4 septembre elle a chargé des approvisionnements à Saipan et a fumé dans TG 38. pour une attaque contre Yap (3-6 septembre) qui a inclus la couverture aérienne directe de l'invasion Peleliu le 15ème. Le groupe a pris des fournitures à l'île de Manus du 21 au 25 septembre.

Franklin en tant que navire amiral du TG 38.4 est revenu dans la région de Palau où il a lancé des patrouilles quotidiennes et des combattants de nuit. Le 9 octobre, elle a rendez-vous avec des groupes de porte-avions coopérant dans des frappes aériennes à l'appui de l'occupation à venir de Leyte. Au crépuscule du 13, le groupe opérationnel a été attaqué par quatre bombardiers et Franklin a été raté de peu par deux fois par des torpilles.

Tôt le 14, un combat de chasse a été effectué contre Aparri, Luzon, après quoi elle a fumé à l'est de Luzon pour neutraliser les installations à l'est avant les débarquements d'invasion sur Leyte. Le 15, elle a été attaquée par trois avions ennemis, dont l'un a marqué avec une bombe qui a touché le coin extérieur arrière de l'élévateur de bord de pont, tuant 3 personnes et en blessant 22. Le porte-avions tenace a poursuivi ses opérations quotidiennes en frappant durement la baie de Manille le 19 octobre. lorsque ses avions ont coulé un certain nombre de navires, endommagé de nombreux navires, détruit une cale sèche flottante et emporté 11 avions.

Pendant les atterrissages initiaux sur Leyte (20 octobre), son avion a frappé les pistes d'atterrissage environnantes et a lancé des patrouilles de recherche en prévision de l'approche d'une force d'attaque ennemie signalée. Le matin du 24 octobre, ses avions ont coulé un destroyer et en ont endommagé deux autres. Franklin, avec les groupes de travail 38,4, 38,3 et 38,2 a accéléré pour intercepter l'avancée des porte-avions japonais et attaquer à l'aube. Les quatre groupes d'attaque de Franklin se sont combinés avec ceux de l'autre porte-avions pour envoyer vers les quatre derniers porte-avions japonais et battre leurs écrans.

Se retirant dans son groupe opérationnel pour faire le plein, elle est revenue à l'action de Leyte le 27 octobre, ses avions se concentrant sur un croiseur lourd et deux destroyers au sud de Mindoro. Elle était en route à environ 1 000 milles de Samar le 30 octobre lorsque des bombardiers ennemis ont semblé se pencher sur une mission suicide. Trois poursuivent obstinément] Franklin, le premier s'effondrant de son côté tribord, le second heurtant le pont d'envol et s'écrasant sur le pont de la galerie, faisant pleuvoir la destruction, tuant 56 personnes et en blessant 60, le troisième déchargeant un autre quasi-accident à Franklin avant de plonger dans le pont d'envol de Belleau Wood .

Les deux porte-avions se sont retirés à Ulithi pour des réparations temporaires et Franklin s'est rendu au chantier naval de Puget Sound arrivant le 28 novembre 1944 pour la révision des dommages de bataille.

Elle a quitté Bremerton le 2 février 1945 et après des exercices d'entraînement et une qualification de pilote a rejoint TG 58.2 pour les grèves sur la patrie japonaise à l'appui des atterrissages d'Okinawa. Le 15 mars, il a rendez-vous avec les unités de la TF58 et 3 jours plus tard, il a lancé des balayages et des frappes contre Kagoshima et Izumi dans le sud de Kyushu.


Accroché à Faith Alone.

Mis en exergue

S'ACCROCHER À LA FOI SEULE

Ayant à peine été à plus de cinquante milles de chez moi dans ma vie, j'avais décidé le jour de mon 18e anniversaire de m'engager dans la Marine. J'ai parcouru 90 miles en bus jusqu'à Lubbock, au Texas, où, en tant que volontaire sélectif, j'ai été envoyé à l'entraînement au démarrage naval au Camp Wallace près de Galveston. Après les « bottes », j'ai voyagé dans un train de troupes jusqu'à l'école de radio de l'armurerie navale d'Indianapolis et j'ai obtenu mon diplôme d'attaquant radio en décembre 1944. Je suis arrivé à un navire de réception près de San Jose, en Californie, et en moins de 2 semaines, j'ai été dans un bus à la recherche de mon vaisseau. Je me souviens clairement du bus tournant au coin du quai à Alameda, et là se profilait la chose la plus impressionnante que j'aie jamais vue de ma vie : le porte-avions d'attaque nommé USS Franklin. Le détail de la mer avait déjà été réglé et des lignes étaient attachées à la passerelle pour la tirer à bord quelques minutes seulement après l'embarquement de notre groupe. Je n'avais encore jamais vu de navire, ni la mer.

En attendant la mission de logement, mon groupe a été autorisé à assister à notre départ sous le Golden Gate, et l'a vu enfin disparaître dans la brume. J'avais du mal à m'acclimater à la vie à bord, car j'étais dans un groupe de 10 qui n'avaient même pas de couchette, de casier ou de compartiment assigné, nous devions vivre, même en dehors du service, dans le réfectoire et dormir dans nos hamacs, du mieux que nous pouvions, quand cela n'entrait pas en conflit avec les repas du mess ou les Airedales qui se lèvent tôt. Après avoir laissé l'atoll d'Ulithi, le mess a été utilisé comme zone de rassemblement de bombes lorsqu'il n'était pas utilisé pour le mess. J'ai généralement balancé mon hamac près de l'ascenseur à bombes et, à une occasion, j'ai été réveillé hors de mon hamac d'un sommeil profond et exhaustif pour chevaucher une bombe de 500 livres garée directement sous moi. Ma montre était importante. J'étais sur ce qu'on appelait « Jump Fox », qui était NSS Pearl Harbor et CINCPAC. Si l'opérateur principal manquait la réception des messages codés en Morse, alors, en tant que « backup », je devais les recevoir. Comme le « drapeau » était à bord, tout ce qui venait pour « Big Ben » était important.

Rappelons que la division K des communications est entrée en condition de combat le 15 mars, nous sommes passés à deux quarts de combat : tribord et bâbord, et nous sommes restés à nos positions radio pendant 8 heures. Mon premier test en tant que récepteur d'opérateur a eu lieu le 16, avec notre indicatif d'appel directement de l'Amiral Nimitz H.Q. C'était un long message codé, l'opérateur et moi l'avons bien compris. Quelques heures plus tard, après le décodage et la livraison, on m'a montré la copie du message et il a dit: "Lucky Day 17 March." Nous avons deviné que nos ordres scellés autorisaient notre attaque à commencer à cette date, et nous avons eu raison. Avant que nous puissions être relevés du quart, nous sommes allés dans des postes de combat et nous sommes donc restés de quart tout au long du 17 et jusqu'au 18. Plusieurs tentatives ont été faites pour nous soulager du désordre et du repos, mais à chaque fois, elles ont été contrecarrées par des conditions de combat avec des bogeys à l'écran. Je me souviens avoir passé la nuit du 18 au 19 encore à regarder les radios très affamé et fatigué. Nous avons eu beaucoup de Java et c'est tout. Soudain, l'un des agents de communication, un Enseigne, a fait irruption dans la cabine radio et a annoncé que notre relève était juste derrière. Nous devions aller au double avant l'appel du chow et manger avant tout le monde, nous devions nous débrouiller dans les 5 minutes et faire un rapport à Radio 2 sur le fantail. Fatigué et affamé, j'ai sauté et ai remis les écouteurs à mon soulagement (je ne l'ai plus jamais revu car il a été tué là-bas), et j'ai suivi mon chef de quart, First Class R/M Walter Bigusiak, en bas des échelles pour semer la pagaille.

La première bombe a explosé, juste au moment où je m'asseyais et commençais à ramasser de la bouffe. L'explosion m'a projeté à travers le compartiment dans un coin. J'ai heurté une pile de sacs de mer et de hamacs, dont l'un était le mien, ce qui a amorti l'impact. D'autres assis à la même table à manger n'ont pas eu cette chance. Parvenant à me lever alors que quelques autres faisaient de même, j'ai remarqué que le visage de tout le monde était noir de suie à cause de la poudre brûlée de l'explosion. Certains se précipitèrent vers l'arrière, d'autres vers l'avant. Plus tard, j'ai appris que presque personne ne s'en sortait. On nous avait donné l'ordre de passer par Radio 2 sur le fantail tribord, et nous avions essayé d'aller dans cette direction. Nous suivions Bigusiak, alors nous sommes allés à bâbord jusqu'à une échelle qui menait au pont suspendu. Treize hommes sont entrés dans un petit compartiment d'équipage sous le pont du hangar, juste avant que les lumières ne s'éteignent. Quelques minutes plus tard, le téléphone s'est éteint. La chaleur d'en haut devenait intolérable. J'ai attrapé une serviette sur une couchette, je l'ai mouillée dans un scuttlebutt et j'ai attaché la serviette humide sur mon visage pour respirer, puis j'ai rampé dans une couchette. Les explosions se sont rapprochées et ont renversé quiconque se tenait debout. Un cuisinier a attrapé la roue de la trappe au sommet de l'échelle et s'est brûlé les mains. Après ce qui a semblé une éternité et une autre explosion proche, de l'eau salée a commencé à couler d'en haut, refroidissant la trappe, et le cuisinier a pu tourner la roue. À ce moment-là, nous étions à court d'air et dans une gîte à tribord. Un avion brûlé a glissé au-dessus de l'écoutille et nous avions maintenant un moyen de sortir sur le pont du hangar. Une fusée avait soufflé une fuite dans une conduite d'eau salée, et l'eau qui coulait a éteint le feu juste au-dessus de nous.

D'après mon propre décompte, 11 m'ont précédé dans l'échelle. Un homme portant un masque à gaz m'a attrapé en tant que numéro 12 et m'a poussé devant lui. S'il n'avait pas fait cela, je ne l'aurais pas fait, car j'étais maintenant en train de m'étrangler. Il était dernier sorti et numéro 13. Nous étions presque submergés par la fumée et le manque d'oxygène.

Le pont du hangar était une masse incroyable d'épaves et d'incendies. Les canons des ailes d'un avion de chasse en feu crachent des balles juste au-dessus de nos têtes, puis une explosion l'a fait tourner dans une autre direction. Le pont était plein de trous de bombes, et nous avons suivi notre seul feu à tribord. Il y avait du carnage partout. Nous n'avons rencontré âme qui vive sur le pont du hangar. Atteignant un support de canon, nous n'avons vu aucune issue dans une direction autre que la mer. Pas de rats, pas de flotteurs, pas de bouées de sauvetage, pas de gilets de sauvetage parmi nous, juste des casques en acier. L'essence d'aviation en combustion a commencé à couler sur le côté et à se diriger vers nous. La décision était d'aller ou de rester un choix individuel. Bigusiak, un non-nageur, était le seul à rester. Nous avons sauté par-dessus bord par groupes de trois, tous les 12. Je ne connaissais pas les deux autres qui ont sauté avec moi, mais pendant un moment nous avons réussi à rester ensemble. Jusqu'à ce qu'ils se noient, j'ai essayé de retenir les deux autres. Les deux ont été blessés et ont simplement abandonné. Un « bidon » est passé à toute vitesse et nous a lancé une bouée de sauvetage, mais j'étais trop épuisé pour nager jusqu'à lui. Je parvenais à rester à flot en emprisonnant de l'air dans ma chemise. Après 55 ans de questionnement, je n'ai toujours pas clairement établi le délai. Cela devait être des heures.

Je pouvais dire que la lumière commençait à faiblir lorsqu'un combattant rugit au-dessus de moi juste au-dessus de l'eau. J'ai pensé que j'allais peut-être me faire mitrailler, mais il s'est avéré que c'était l'un des nôtres, et il me menait une "canette". Un type m'a en fait attaché avec une boucle pour le premier essai, et j'ai été tiré dans un filet de chargement. J'avais remarqué que j'avais dérivé dans la houle de terre et que j'avais du mal à me maintenir à flot. Je suppose qu'il ne me restait pas beaucoup de temps. Juste à temps, l'USS Chasser m'avait sauvé. Des heures plus tard, quand je me suis réveillé, et des jours plus tard, quand j'ai pu marcher, j'ai cherché dans tout le navire ces 12 gars du Franklin qui a pris la mer avec moi, mais aucun n'était à bord. Plus tard, j'ai appris que Bigusiak, qui était apparemment resté avec le navire jusqu'à sa fin, était répertorié comme M.I.A.

Passer de couchette en couchette et regarder tous les visages, et demander autour de Chasser, j'ai réalisé que de mon groupe de Franklin membres d'équipage, 13 en tout, un était mort sur le pont du hangar, et sur les 12 hommes qui avaient pris la mer ensemble, moi seul, a été secouru.

C'est un court voyage de la douce innocence d'un jeune qui, en neuf petits mois, a navigué sur le chemin du danger pour faire partie du carnage.


USS Franklin – CV-13

La couverture de ce mois-ci est de nature historique, le courrier des marins du porte-avions USS Franklin (CV-13). Ce qui rend cette couverture historique, c'est qu'elle portait le cachet de la poste à la date du débarquement de Leyte le 20 octobre 1944. Le 19, des avions du Franklin avaient coulé plusieurs navires dans la baie de Manille, en avaient endommagé d'autres et détruit une cale sèche flottante. De plus, ses avions ont abattu 11 avions japonais. Le 20, l'avion Franklin a frappé les pistes d'atterrissage environnantes et a lancé des patrouilles de recherche en prévision d'une force d'attaque ennemie signalée. À la fin de la journée du 20, les troupes étaient à terre sur les plages de Leyte et le général Douglas MacArthur avait pataugé à terre et avait prononcé ces mots : « Population des Philippines, je suis revenu. »

En tant que collectionneurs d'histoire postale, nous devons nous demander ce que le commis des postes faisait en annulant le courrier pendant les heures de l'après-midi du 20. On pourrait penser que ce commis avait une place plus importante, peut-être à son poste de combat. Peut-être pluie, grésil ou flotte japonaise, le courrier devait passer.

L'USS Franklin, “Big Ben”, avait été mis en service le 31 janvier 1944. Franklin avait combattu à Iwo Jima, Peleliu avant Leyte. Le 13 octobre, un avion japonais a heurté le porte-avions et a glissé sur le pont après avoir heurté la structure de l'île et a glissé dans l'eau. Le 30 octobre, elle a été heurtée par un autre avion qui a traversé le pont d'envol et est entré dans le pont de la galerie. Après des réparations, Franklin est revenu à l'action en février 1945 en frappant la patrie du Japon. Le 19 mars, Franklin était plus proche du continent japonais que tout autre transporteur s'était aventuré auparavant.

Un avion japonais a largué 2 bombes sur Franklin et les deux ont touché. Quelques minutes plus tard, des incendies faisaient rage à bord. Franklin a rapidement pris une liste de 13 degrés et gisait mort dans l'eau. Des efforts héroïques ont empêché le navire de couler et deux hommes, le lieutenant-commandant Joseph O’Callahan et le lieutenant (j.g.) Donald Gary ont reçu la médaille d'honneur pour leurs actions en sauvant des hommes et en dirigeant les efforts de lutte contre les incendies. L'USS Pittsburgh a pris le Franklin en remorque jusqu'à ce que le navire endommagé soit capable de prendre de la vitesse et de naviguer vers Pearl Harbor et plus tard vers Brooklyn.

724 hommes ont perdu la vie à bord du navire le 19 mars. Parmi eux se trouvait le BM2C William W Fish, l'expéditeur de la couverture de ce mois-ci.


USS Franklin CV-13 - Histoire

27 100 tonnes (standard)
36 380 tonnes (pleine charge)
820' x 93' x 28' 5" (tel que construit)
4 x pistolets jumeaux 5 "
4 x pistolets simples de 5 "
8 x Quad 40mm
46 canons AA de 20 mm
90-100 avions

Histoire de la guerre
Franklin a fumé à Trinidad pour une croisière shakedown puis est parti avec le Groupe de Tâche 27.7 (TG 27.7) pour San Diego, pour s'engager dans des exercices d'entraînement intensifs préliminaires au devoir de combat. En juin 1944, il navigua via Pearl Harbor jusqu'à Eniwetok et rejoignit le groupe opérationnel 58.2 (TG 58.2).

Le 30 juin 1944, Eniwetok quitte Eniwetok pour participer à des frappes contre les îles Bonin en soutien au débarquement américain sur Saipan. Le 4 juillet 1944, Franklin lança des frappes aériennes contre Iwo Jima, Chichi Jima et Haha Jima avec ses avions frappant des cibles sur les îles, coulant un gros cargo et incendiant trois navires plus petits.

Le 6 juillet, Franklin a commencé des frappes sur Guam et Rota dans le cadre des préparatifs de l'assaut sur Guam, et ces frappes se sont poursuivies jusqu'au 21, date à laquelle elle a apporté un soutien direct pour permettre l'atterrissage en toute sécurité des premières vagues d'assaut.

Réapprovisionné pendant deux jours à Saipan, puis rejoint la Task Force 58 (TF 58) pour une reconnaissance photographique et des frappes aériennes contre Palau. Ses avions ont effectué leur mission les 25 et 26, imposant un lourd tribut aux avions, navires et installations au sol ennemis. Franklin est parti le 28 juillet et est revenu pour Saipan et le jour suivant elle a été déplacée à TG 58.1.

Bien que la haute mer empêchât d'embarquer une charge nécessaire de bombes et de roquettes, Franklin partit à la vapeur pour un autre raid contre les îles Bonin. Le 4 août 1944, ses chasseurs attaquent Chichi Jima et ses bombardiers en piqué et bombardiers torpilleurs attaquent un convoi de navires au nord d'Ototo Jima sont très efficaces contre les stations radio, la base d'hydravions, les aérodromes et les navires.

Ensuite, il s'est rendu à Eniwetok pour une période d'entretien et de loisirs du 9 au 28 août, puis est parti avec l'USS Essex CV-9, l'USS Belleau Wood CVL-24 et l'USS San Jacinto CVL-30 pour des attaques de neutralisation et de diversion contre les îles Bonin.Entre le 31 août 1944 et le 2 septembre 1944, l'avion Franklin a attaqué des cibles au sol, coulé deux cargos, ensaché de nombreux avions ennemis en vol et un relevé photographique des îles.

Le 4 septembre 1944, le Franklin s'est ravitaillé à Saipan, puis il a navigué avec le Task Group 38.1 (TG 38.1) pour une attaque contre Yap du 3 au 8 septembre 1944. Le 8 septembre 1944, le pilote du F6F Hellcat 58140 a été secouru. Ensuite, il a fourni une couverture aérienne pour l'invasion de Peleliu le 15 septembre. Le groupe de travail a pris des approvisionnements à Manus du 21 au 25 septembre.

Franklin a été choisi comme navire amiral du TG 38.4, est retourné au Peleliu et a lancé des patrouilles quotidiennes et des chasseurs de nuit. Le 9 octobre, elle a rendez-vous avec des groupes de transporteurs coopérant dans des frappes aériennes à l'appui du prochain débarquement sur Leyte. Au crépuscule du 13, le groupe opérationnel a été attaqué par quatre bombardiers et Franklin a été manqué de peu par deux torpilles. Un avion ennemi s'est écrasé sur le pont de Franklin à l'arrière de l'île du porte-avions, et il a glissé sur le pont et hors du pont dans l'eau sur sa poutre tribord.

Leyte
Tôt le 14, un balayage de chasse a été effectué contre Aparri, Luzon, après quoi elle a fumé à l'est de Luzon pour neutraliser les installations à l'est avant les débarquements d'invasion sur Leyte. Le 15, Franklin a été attaqué par trois avions ennemis, dont l'un a marqué avec une bombe qui a touché le coin extérieur arrière de l'élévateur de bord de pont, tuant trois hommes et en blessant 22. L'avion du porte-avions a frappé la baie de Manille le 19 octobre lorsque ses avions a coulé et endommagé de nombreux navires et bateaux, détruit une cale sèche flottante et abattu 11 avions japonais.

Lors des premiers atterrissages sur Leyte le 20 octobre, l'avion de Franklin a frappé les pistes d'atterrissage environnantes et a lancé des patrouilles de recherche en prévision de l'approche d'une force d'attaque ennemie signalée. Le matin du 24 octobre, lors de la bataille de la mer de Sibuyan, ses avions font partie des attaques contre la première force de raid japonaise et participent à des attaques contre Musashi, endommagent Fusō et Yamashiro et coulent le Wakaba.

Alors que d'autres menaces ennemies semblaient se matérialiser ailleurs, Franklin avec le groupe de travail 38.4 (TG 38.4), le groupe de travail 38.3 (TG 38.3) et le groupe de travail 38.2 (TG 38.2) se sont précipités pour intercepter la force porte-avions japonaise et attaquer à l'aube. La force porteuse lointaine était en fait une feinte sacrificielle. Le 25 octobre 1944, lors de la bataille du cap Engaño, les groupes de frappe de Franklin combinés à d'autres avions de transport endommagent le Chiyoda et coulent le Zuihō. Par la suite, s'est retiré pour faire le plein. Le 27 octobre 1944, il retourna au Leyte et ses avions attaquèrent un croiseur lourd et deux destroyers au sud de Mindoro.

Attaque Kamikaze
Le 30 octobre 1944, Franklin était en route à environ 1 000 milles de Samar lorsque des bombardiers ennemis japonais sont apparus et trois ont ciblé Franklin, le premier s'effondrant sur son côté tribord, le second frappant le pont d'envol et s'écrasant sur le pont de la galerie, provoquant la destruction, tuant 56 hommes et en blessant 60, le troisième a failli rater près de Franklin puis a plongé dans le pont d'envol du Belleau Wood CVL-24.

Réparations
Endommagé, les deux porte-avions se rendent à Ulithi pour des réparations temporaires, puis Franklin traversent le Pacifique jusqu'à Bremerton, Washington. Le 7 novembre 1944, le capitaine Leslie E. Gehres en prend le commandement. Le 28 novembre 1944, il est arrivé au chantier naval de Puget Sound pour des réparations supplémentaires pendant plus d'un mois.

Le 2 février 1945, il quitte Bremerton et subit des exercices d'entraînement et des vols de qualification des pilotes, puis revient à travers le Pacifique pour rejoindre le groupe opérationnel 58.2 pour des frappes contre le Japon en soutien à l'assaut d'Okinawa. Le 15 mars 1945, rendez-vous avec la Force opérationnelle 58 (TF 58) et trois jours plus tard, des chasseurs effectuent des balayages et des frappes contre Kagoshima et Izumi dans le sud de Kyūshū.

Endommagé par les bombes
Le 19 mars 1945, avant l'aube, Franklin manœuvra à moins de 50 milles du Japon plus près que tout autre porte-avions allié pendant la guerre du Pacifique et lança un balayage de chasseurs contre Honshū et plus tard une frappe contre l'expédition au large de Kobe.

Au cours des sorties, le pont d'envol de Franklin était rempli de 31 avions entièrement ravitaillés et armés. Dans le hangar en dessous se trouvaient 22 avions dont 16 étaient ravitaillés et 5 armés. À ce moment, un seul avion ennemi, peut-être un D4Y Judy ou un D3A Val a effectué un bombardement à basse altitude et a largué deux bombes perforantes semi-blindées.

La première bombe a touché la ligne médiane du pont d'envol et a pénétré jusqu'au pont de suspension et lorsqu'elle a explosé, elle a provoqué des incendies dans les deuxième et troisième ponts et a détruit le Centre d'information de combat (CIC). L'explosion sur le pont du hangar a enflammé les réservoirs de carburant de l'avion, et l'explosion de vapeurs d'essence a dévasté la zone du pont avec seulement deux survivants à l'explosion et à l'incendie et a causé l'écrasement de l'avion sur le pont d'envol provoquant d'autres incendies comme des munitions, y compris des roquettes à tirer, mais heureusement, la plupart sont allés par-dessus bord et les explosions sur le pont ont été contenues par la plaque de blindage installée sous le pont d'envol. La deuxième bombe a touché l'arrière et a pénétré deux ponts lorsqu'elle a explosé. À bord, de nombreux membres d'équipage ont été soufflés par-dessus bord ou ont sauté par-dessus bord en raison de l'incendie et des explosions. De plus, George Fox a reçu la Navy Cross, à titre posthume et 26 autres membres d'équipage ont reçu la Silver Star pour leurs actions.

Les pertes subies par cette attaque ont été les plus élevées et les plus graves de tous les porte-avions américains pendant la Seconde Guerre mondiale. Officiellement, la marine américaine a signalé les pertes, 724 tués et 265 blessés pendant l'attaque et ses conséquences. Le chercheur Joseph A. Springer évalue les pertes à 807 tués et 487 blessés.

Par la suite, Franklin était mort dans l'eau et a pris une gîte à tribord de 13° et a perdu toute communication radio. À bord, l'équipage survivant a travaillé pour contenir les incendies et contrôler les dommages. Parmi eux, le Capc Joseph T. O'Callahan, l'aumônier catholique, a rendu les derniers sacrements aux mourants et a aidé à la lutte contre les incendies et aux efforts de sauvetage et a ensuite remporté la Médaille d'honneur pour ses actions. De plus, le lieutenant (jg) Donald A. Gary a secouru 300 membres d'équipage pris au piège dans un compartiment à mess et les a conduits à une sortie et a ensuite organisé une lutte contre l'incendie dans le pont du hangar et est entré dans le no. 3 salle d'incendie pour démarrer une chaudière et a ensuite remporté la médaille d'honneur.

Pendant ce temps, l'USS Santa Fe (CL-60) a sauvé l'équipage de la mer et a emmené l'équipage blessé à bord pour des soins médicaux. Remorqué par l'USS Pittsburgh (CA-72) jusqu'à ce qu'il soit capable de soulever suffisamment de vapeur pour atteindre une vitesse de 14 nœuds, il se rend ensuite à Ulithi par ses propres moyens pour des réparations d'urgence puis part pour Pearl Harbor.

En route, le capitaine Gehres a proclamé que 704 des membres d'équipage du "Big Ben 704 Club" étaient restés avec le porte-avions lourdement endommagé, mais des enquêtes ultérieures ont révélé qu'environ 400 étaient à bord en permanence, les autres ont été ramenés d'autres navires de guerre ou ont rejoint le porte-avions. à Ulithi. Ensuite, il s'est rendu à Pearl Harbor où d'autres réparations ont été effectuées lui permettant de naviguer via le canal de Panama jusqu'à New York, car toutes les installations de la côte ouest réparaient d'autres navires de guerre et étaient surchargées de travaux de réparation.

réparation
Le 28 avril 1945, il arriva dans le port de New York et jeta l'ancre au Brooklyn Navy Yard pour être entièrement réparé. Pendant la réparation, le capitaine Gehres a accusé de nombreux équipages de désertion pour avoir quitté le navire lorsqu'il était endommagé, y compris ceux qui ont sauté par-dessus bord pour échapper au feu ou parce qu'ils pensaient qu'un ordre d'abandonner le navire avait été donné. Après enquête, toutes ses charges ont été abandonnées. Pendant la Seconde Guerre mondiale, Franklin a reçu quatre étoiles de bataille.

Après la guerre
Le 27 octobre 1946, Franklin a été ouvert au public pour la Journée de la marine. Le 17 février 1947, mis hors service et mis en sommeil à Bayonne, New Jersey. Le 1er octobre 1952, redésigné CVA-13 en tant que transporteur de soutien à la guerre anti-sous-marine. Le 8 août 1953, redésigné CVS-13. Le 15 mai 1959 redésigné AVT-8. Franklin et Bunker Hill ne sont plus jamais retournés en mer et ont été le seul porte-avions de la classe Essex à ne jamais reprendre son service actif. Le 1er octobre 1964, radié du registre de la marine.

Mise au rebut
Bien que la Marine ait initialement vendu Franklin à Peck Iron and Metal Company de Portsmouth, en Virginie, ils l'ont récupéré en raison d'un besoin urgent du Bureau of Ships pour ses quatre turbines à vapeur. En fin de compte, cependant, ce transporteur a été vendu à la ferraille le 27 juillet 1966 à Portsmouth Salvage Company à Chesapeake, en Virginie. Le 1er août 1966 au cours de la soirée remorqué par la Red Star Towing Company et mis à la ferraille.

Contribuer des informations
Êtes-vous un parent ou associé à une personne mentionnée?
Vous avez des photos ou des informations supplémentaires à ajouter ?


CV 13 / CVA 13 / CVS 13 - USS Franklin

USS Franklin (CV 13 / CVA 13 / CVS 13) :

L'USS Franklin (CV/CVA/CVS-13, AVT-8), surnommé "Big Ben", était l'un des 24 porte-avions de la classe Essex construits pendant la Seconde Guerre mondiale pour la marine des États-Unis, et le cinquième navire de la marine américaine à supporter le nom. Commandé en janvier 1944, il a servi dans plusieurs campagnes de la guerre du Pacifique, remportant quatre étoiles de bataille. Il a été gravement endommagé par une attaque aérienne japonaise en mars 1945, avec la perte de plus de 800 membres d'équipage, devenant ainsi le porte-avions américain le plus endommagé à avoir survécu à la guerre. Des séquences filmées de l'attaque réelle ont été incluses dans le film de 1949 Task Force avec Gary Cooper.

Après l'attaque, il est retourné sur le continent américain pour des réparations, manquant le reste de la guerre, il a été désarmé en 1947. Alors qu'il était en réserve, il a été reclassé comme porte-avions d'attaque (CVA), puis comme porte-avions anti-sous-marin (CVS), et enfin un transport aérien (AVT), mais n'a jamais été modernisé et n'a jamais revu le service actif. Franklin et Bunker Hill (endommagés par un kamikaze) étaient les seuls porte-avions de classe Essex à ne pas voir le service actif en tant que porte-avions après la Seconde Guerre mondiale. Le Franklin a été vendu à la ferraille en 1966.

La quille du Franklin a été posée le 7 décembre 1942, premier anniversaire de l'attaque de Pearl Harbor, et elle a été lancée par la Newport News Shipbuilding Company, en Virginie, le 14 octobre 1943, parrainée par le lieutenant-commandant Mildred H. McAfee, un officier de marine américain qui était le directeur des WAVES. Ce navire de guerre a été nommé en l'honneur du père fondateur Benjamin Franklin et pour les navires de guerre précédents qui avaient été nommés pour lui, il n'a pas été nommé pour la bataille de Franklin, Tennessee, qui a eu lieu pendant la guerre civile américaine, comme cela est parfois rapporté à tort, bien qu'une note de bas de page dans The Franklin Comes Home attribue le nom à la bataille de Franklin. (Franklin, Tennessee a également été nommé d'après Benjamin Franklin.) Franklin a été commissionné le 31 janvier 1944, avec le capitaine James M. Shoemaker aux commandes. Parmi les propriétaires de planches se trouvait une fanfare composée de plusieurs hommes enrôlés qui étaient à l'époque des musiciens professionnels, dont Saxie Dowell et Deane Kincaide, attribués à Franklin par tirage au sort.

Franklin a fumé au sud à Trinidad pour un shakedown et peu de temps après, elle est partie dans le Groupe de Tâche 27.7 (TG 27.7) pour San Diego, pour s'engager dans des exercices d'entraînement intensifs préliminaires au devoir de combat. En juin, elle a fumé via Pearl Harbor pour l'Île Eniwetok où elle a rejoint TG 58.2.


Les îles Bonin et Mariannes

Le dernier jour de juin 1944, elle est sortie pour des frappes de porte-avions sur les îles Bonin à l'appui de l'assaut ultérieur des îles Mariannes. Ses avions ont détruit des avions au sol et dans les airs, des installations de canons, des aérodromes et des navires ennemis. Le 4 juillet, des frappes ont été lancées contre Iwo Jima, Chichi Jima et Haha Jima touchant des cibles au sol, faisant couler un gros cargo dans le port et incendiant trois navires plus petits.

Le 6 juillet, Franklin a commencé des frappes sur Guam et Rota Island pour les adoucir pour les forces d'invasion qui allaient débarquer sur Guam, et ces frappes se sont poursuivies jusqu'au 21, date à laquelle elle a apporté un soutien direct pour permettre un atterrissage en toute sécurité des premières vagues d'assaut. Deux jours de ravitaillement à Saipan lui ont permis de se rendre dans la Force opérationnelle 58 (TF 58) pour une reconnaissance photographique et des frappes aériennes contre les îles du groupe des îles Palau. Les 25 et 26, ses avions ont heurté des avions, des navires et des installations au sol ennemis. Le Franklin est parti le 28 juillet et s'est dirigé vers Saipan, et le jour suivant, il a été transféré au TG 58.1.

Bien que la haute mer empêchât d'embarquer une charge nécessaire de bombes et de roquettes, Franklin partit à la vapeur pour un autre raid contre les Bonins. Le 4 août, ses chasseurs ont attaqué Chichi Jima et ses bombardiers en piqué et avions lance-torpilles ont attaqué un convoi de navires au nord d'Ototo Jima. Les cibles comprenaient des stations de radio, une base d'hydravions, des pistes d'atterrissage et des navires.

Une période d'entretien et de récréation du 9 au 28 août s'ensuivit à Eniwetok avant son départ avec l'Enterprise, Belleau Wood et San Jacinto pour la neutralisation et les attaques de diversion contre les Bonins. Du 31 août au 2 septembre, les frappes de Franklin ont infligé des dommages au sol, coulé deux cargos, détruit des avions ennemis en vol et entrepris des relevés photographiques.

Le 4 septembre, Franklin a pris des approvisionnements à Saipan, puis elle a fumé dans TG 38.1 pour une attaque contre l'île de Yap (36 septembre) qui comprenait une couverture aérienne directe de l'invasion de Peleliu le 15. Le groupe de travail a pris des fournitures à l'île de Manus du 21 au 25 septembre.

Franklin, maintenant le vaisseau amiral du TG 38.4, est revenu dans la région de Palau où il a lancé des patrouilles quotidiennes et des chasseurs de nuit. Le 9 octobre, elle a rendez-vous avec des groupes de transporteur coopérant dans des frappes aériennes à l'appui de l'occupation à venir d'Île de Leyte. Au crépuscule du 13, le groupe opérationnel a été attaqué par quatre bombardiers et Franklin a été manqué de peu par deux torpilles. Un avion ennemi, signe avant-coureur de la prochaine campagne kamikaze, s'est écrasé sur le pont de Franklin à l'arrière de l'île du porte-avions, glissant sur le pont et dans l'eau sur sa poutre tribord.


Tôt le 14, un balayage de chasse a été effectué contre Aparri, Luzon, à la suite de quoi elle a fumé à l'est de Luzon pour neutraliser les installations à l'est avant les débarquements d'invasion sur Leyte. Le 15, Franklin a été attaqué par trois avions ennemis, dont l'un a marqué avec une bombe qui a touché le coin extérieur arrière de l'élévateur de bord de pont, tuant trois hommes et en blessant 22. L'avion du porte-avions a frappé la baie de Manille le 19 octobre lorsque ses avions coule et endommage des navires et des bateaux, détruit une cale sèche flottante et réclame 11 avions japonais.

Lors des premiers atterrissages sur Leyte (20 octobre), les avions de Franklin ont attaqué les pistes d'atterrissage environnantes et lancé des patrouilles de recherche en prévision de l'approche d'une force d'attaque ennemie signalée. Le matin du 24 octobre, lors de la bataille de la mer de Sibuyan, ses avions faisaient partie des vagues qui attaquaient la première force de raid japonaise (sous le commandement du vice-amiral Takeo Kurita), aidant ainsi à couler Musashi au sud de Luzon, endommageant Fus& #333 et Yamashiro, et couler Wakaba. Alors que d'autres menaces ennemies semblaient se matérialiser dans un autre quartier, Franklin avec les TG 38.4, 38.3 et 38.2 a accéléré pour intercepter la force porteuse japonaise qui avançait et attaquer à l'aube. La force de transport lointaine était en fait une feinte sacrificielle, car à ce moment-là les Japonais étaient presque à court d'avions en état de marche et, plus important encore, très à court de pilotes entraînés, mais l'amiral responsable, William Halsey, a mordu à l'hameçon et s'est enfui furieusement. après eux sans communiquer clairement ses intentions, ce qui a conduit à la fameuse débâcle des communications « les merveilles du monde ». Les groupes de frappe de Franklin se sont combinés avec ceux des autres porte-avions le 25 octobre lors de la bataille du cap Engaño pour endommager le Chiyoda (il serait ensuite coulé par des tirs de croiseurs américains) et couler le Zuihō.

Se retirant dans son groupe opérationnel pour faire le plein, elle est revenue à l'action de Leyte le 27 octobre, ses avions se concentrant sur un croiseur lourd et deux destroyers au sud de Mindoro. Elle était en route à environ 1 600 km au large de Samar le 30 octobre, lorsque des bombardiers ennemis ont semblé se pencher sur une mission suicide. Trois ont obstinément poursuivi Franklin, le premier s'effondrant de son côté tribord, le second heurtant le pont d'envol et s'écrasant sur le pont de la galerie, tuant 56 hommes et en blessant 60, le troisième en déchargeant un autre près de Franklin, avant de plonger dans le pont d'envol de Belleau Bois.

Les deux porte-avions se sont retirés sur l'atoll d'Ulithi pour des réparations temporaires, puis Franklin s'est rendu au chantier naval de Puget Sound, arrivant le 28 novembre 1944 pour les réparations de ses dommages de bataille. Entre-temps, le 7 novembre, le capitaine Shoemaker a été relevé par le capitaine Leslie E. Gehres en tant que commandant du porte-avions.

Franklin a quitté Bremerton le 2 février 1945 et après des exercices d'entraînement et des opérations de qualification de pilote, il a rejoint le TG 58.2 pour des frappes sur la patrie japonaise à l'appui des débarquements d'Okinawa. Le 15 mars, elle a rendez-vous avec les unités de la TF 58, et 3 jours plus tard, elle a lancé des balayages et des frappes contre Kagoshima et Izumi dans le sud du Kyūshū.

Avant l'aube du 19 mars 1945, Franklin, qui avait manœuvré à moins de 50 miles (80 km) du continent japonais, plus près que tout autre transporteur américain pendant la guerre, a lancé un chasseur contre Honsh&# 363 et plus tard une frappe contre la navigation dans Le port de Kobe. L'équipage de Franklin à bord avait été appelé aux postes de combat 12 fois en six heures cette nuit-là et Gehres a rétrogradé le statut d'alerte à la condition III, permettant à ses hommes de manger ou de dormir, bien que les équipages d'artillerie soient restés à leurs postes. Soudain, un seul avion - peut-être un bombardier en piqué Yokosuka D4Y "Judy", bien que d'autres témoignages suggèrent un Aichi D3A "Val", également un bombardier en piqué - a percé la couverture nuageuse et a effectué une course à basse altitude sur le navire pour larguer deux bombes semi-perforantes. . L'analyse des dommages est arrivée à la conclusion que les bombes pesaient 550 livres (250 kg), bien que ni le "Val" ni le "Judy" n'avaient les points d'attache pour transporter deux de ces armes, pas plus que les bombardiers torpilleurs monomoteurs japonais en mode bombardier horizontal. (Les récits diffèrent également quant à savoir si l'avion attaquant s'est échappé ou a été abattu.) Cependant, l'Aichi B7A "Grace" avait cette capacité. Une bombe a frappé l'axe du pont d'envol, pénétrant jusqu'au pont du hangar, provoquant la destruction et allumant des incendies à travers les deuxième et troisième ponts, et assommant le Centre d'information de combat et le complot aérien. Le deuxième a touché l'arrière, déchirant deux ponts.

Au moment où elle a été touchée, Franklin avait 31 avions armés et ravitaillés en train de se réchauffer sur son pont d'envol. Le pont du hangar contenait 22 avions supplémentaires, dont 16 étaient ravitaillés et cinq étaient armés. Le système d'essence avant avait été sécurisé, mais le système arrière fonctionnait. L'explosion sur le pont du hangar a enflammé les réservoirs de carburant de l'avion et l'explosion de vapeurs d'essence a dévasté le pont. Seuls deux membres d'équipage ont survécu à l'incendie sur le pont du hangar. L'explosion a également brouillé les avions sur le pont d'envol au-dessus, provoquant d'autres incendies et explosions, y compris la détonation de 12 fusées air-sol "Tiny Tim".

Franklin était mort dans l'eau, a pris une gîte de 13° à tribord, a perdu toutes les communications radio et a grillé sous la chaleur des incendies enveloppants.De nombreux membres d'équipage ont été jetés par-dessus bord, chassés par le feu, tués ou blessés, mais les centaines d'officiers et de soldats qui sont restés volontairement ont sauvé leur navire. Les chiffres officiels des pertes de la Marine pour l'incendie du 19 mars 1945 ont totalisé 724 tués et 265 blessés. Néanmoins, le nombre de victimes a été mis à jour à mesure que de nouveaux records sont découverts. Un décompte récent de l'historien et chercheur de Franklin Joseph A Springer (auteur de INFERNO: The Epic Life and Death Struggle of the USS Franklin in World War II) porte le nombre total de victimes du 19 mars 1945 à 807 tués et plus de 487 blessés. Lorsque le nombre total de victimes pour les deux croisières Franklin augmente à 924 tués au combat, le pire pour tout navire de guerre américain survivant et juste après celui du cuirassé USS Arizona. Certes, les chiffres des victimes auraient largement dépassé ce nombre, sans le travail de nombreux survivants. Parmi ceux-ci figuraient les récipiendaires de la médaille d'honneur, le lieutenant-commandant Joseph T. O'Callahan, l'aumônier catholique du navire de guerre, qui a administré les derniers sacrements, organisé et dirigé des équipes de lutte contre l'incendie et de sauvetage, et a conduit les hommes en dessous pour mouiller les magazines qui menaçaient d'exploser et aussi Le lieutenant JG Donald A. Gary, qui a découvert 300 hommes piégés dans un mess noirci et, trouvant une issue, est revenu à plusieurs reprises pour diriger les groupes vers la sécurité. Plus tard, Gary a organisé et dirigé des équipes de lutte contre les incendies pour combattre les incendies sur le pont du hangar et est entré dans la caserne de pompiers n ° 3 pour faire monter la vapeur dans une chaudière. Le Santa Fe a sauvé les membres d'équipage de la mer et s'est approché de Franklin pour enlever les nombreux blessés et le personnel non essentiel.

Franklin, comme de nombreux autres navires de guerre, avait été modifié avec un armement supplémentaire, nécessitant des équipages plus importants et des stocks de munitions substantiels. Les avions étaient à la fois plus nombreux et plus lourds qu'initialement prévu, et ainsi le poste de pilotage avait été renforcé. Le porte-avions s'est donc déplacé plus que prévu initialement, son franc-bord a été réduit et ses caractéristiques de stabilité ont été altérées. Les énormes quantités d'eau déversées à son bord pour lutter contre les incendies réduisaient encore le franc-bord (exacerbé, à tribord, par la gîte), et sa stabilité était gravement altérée, si bien que sa survie était menacée. Franklin avait subi les dommages les plus graves subis par n'importe quel porte-avions américain ayant survécu à la Seconde Guerre mondiale.

Franklin a été pris en remorque par le croiseur lourd Pittsburgh jusqu'à ce qu'il soit capable de produire suffisamment de vapeur pour atteindre une vitesse de 14 kts (26 km/h), puis il s'est dirigé vers l'atoll d'Ulithi par ses propres moyens pour des réparations d'urgence. Ensuite, il a navigué jusqu'à Pearl Harbor, à Hawaï, où des réparations lui ont permis de se rendre au Brooklyn Navy Yard, à New York, via le canal de Panama, où il est arrivé le 28 avril 1945.

À l'arrivée de Franklin, une controverse de longue date sur la conduite de l'équipage du navire au cours de ses luttes a finalement atteint son paroxysme. Le capitaine Gehres avait accusé un grand nombre de ceux qui avaient quitté le navire le 19 mars 1945 de désertion, malgré le fait que ceux qui avaient sauté à l'eau pour s'échapper l'avaient fait pour éviter une mort probable par le feu, ou avaient été amenés à croire que "abandonner le navire" avait été commandé. Alors qu'il se rendait de l'atoll d'Ulithi à Hawaï, Gehres avait proclamé 704 membres de l'équipage comme étant des membres du "Big Ben 704 Club" pour être restés avec le navire de guerre lourdement endommagé, mais les enquêteurs de New York ont ​​découvert que seulement 400 environ étaient réellement à bord du Franklin en permanence. . Les autres avaient été ramenés à bord avant et pendant l'escale à Ulithi. Toutes les charges retenues contre les hommes de son équipage ont été discrètement abandonnées.

Malgré de graves dommages, Franklin a finalement été restauré en bon état. Il dut se rendre sur la côte est des États-Unis pour des réparations à New York car tous les chantiers de réparation de la côte ouest étaient lourdement surchargés de navires de guerre américains qui avaient été endommagés par des kamikazes japonais.

L'histoire de la quasi-destruction et du sauvetage de ce porte-avions a été relatée dans un documentaire en temps de guerre, la saga du Franklin et le documentaire de 2011, USS Franklin: Honor Restored.

Après la guerre, Franklin a été ouvert au public pour les célébrations de la Journée de la Marine. Le 17 février 1947, il est désarmé à Bayonne, New Jersey.

Alors que Franklin était en sommeil à Bayonne, il fut redésigné comme porte-avions d'attaque CVA-13 le 1er octobre 1952, porte-avions de soutien à la lutte anti-sous-marine CVS-13 le 8 août 1953 et, finalement, comme porte-avions de transport AVT-8 le 15 mai 1959. Cependant, elle ne reprit jamais la mer et fut rayée du registre des navires de la marine le 1er octobre 1964. Elle et Bunker Hill - qui avait également subi de graves dommages dus à une attaque aérienne - étaient les seuls porte-avions de leur classe à n'avoir jamais vu aucun navire actif. -service d'après-guerre, bien que leurs dommages de guerre aient été réparés avec succès. En fait, c'est leur état comme neuf qui les a maintenus hors d'usage, car la Marine a envisagé pendant de nombreuses années une "reconfiguration ultime" pour eux qui n'a jamais eu lieu.

La Marine a d'abord vendu Franklin à la Peck Iron and Metal Company de Portsmouth, en Virginie, mais l'a récupéré en raison d'un besoin urgent du Bureau of Ships pour ses quatre turbogénérateurs. Il a de nouveau été vendu à la ferraille à la Portsmouth Salvage Company de Chesapeake, Virginie le 27 juillet 1966. Il a quitté la garde navale en remorque (par la Red Star Towing Company) le soir du 1er août 1966.

Le cinquième Franklin (CV-13) a été posé le 7 décembre 1942 à Newport News, Virginie, par Newport News Shipbuilding and Dry Dock Company lancé le 14 octobre 1943 parrainé par le capitaine de corvette Mildred A. McAfee, USNR, directeur des vagues et commandé au Norfolk Navy Yard, Portsmouth, Virginie, le 31 janvier 1944, sous le commandement du capitaine James M. Shoemaker.

Franklin a navigué à Trinidad, dans les Antilles britanniques, pour le shakedown et est parti peu de temps après dans le groupe de travail (TG) 27.7 pour San Diego, en Californie, pour s'engager dans un entraînement intensif. En juin, elle a navigué via Pearl Harbor, Territoire d'Hawaï, pour Eniwetok, dans les Îles Marshall, où elle a rejoint TG 58.2, une partie de la force de frappe du porte-avions rapide.

Le dernier jour de juin 1944, il partit pour des frappes de porte-avions sur les Bonins à l'appui de l'assaut ultérieur sur les Mariannes. Ses avions ont détruit des avions au sol et dans les airs, ainsi que des installations de canons pilonnés, des aérodromes et des navires ennemis. Le 4 juillet, elle a lancé des frappes contre Iwo Jima, Chichi Jima et Ha Ha Jima avec ses avions non seulement en battant les installations côtières, mais en coulant un grand cargo dans le port et en incendiant trois navires plus petits.

Le 6 juillet, il commença des frappes sur Guam et Rota pour les adoucir pour les forces d'invasion, et les poursuivit jusqu'au 21, date à laquelle il apporta un soutien direct pour permettre le débarquement en toute sécurité des premières vagues d'assaut. Deux jours de reconstitution à Saipan lui ont permis de fumer dans la Force opérationnelle 58 pour la reconnaissance photographique et les frappes aériennes contre les îles du groupe Palau. Ses avions ont terminé leur mission les 25 et 26, imposant un lourd tribut aux avions ennemis, aux installations au sol et à la navigation. Elle est partie le 28 juillet en route vers Saipan et le jour suivant s'est déplacée à TG 58.1.

Bien que la haute mer ait empêché de prendre les bombes et les roquettes nécessaires, Franklin a procédé à un autre raid contre les Bonins. Le 4 août est de bon augure, pour ses chasseurs lancés contre Chichi Jima et ses bombardiers en piqué et avions lance-torpilles contre un convoi au nord d'Ototo Jima ils ont fait pleuvoir la destruction contre les stations radio, la base d'hydravions, les pistes d'atterrissage et les navires.

Une période d'entretien et de récréation du 9 au 28 août s'ensuit à Eniwetok avant son départ en compagnie des transporteurs Enterprise (CV-6), Belleau Wood (CVL-24) et San Jacinto (CVL-30) pour des attaques de neutralisation et de diversion contre le Bonin. Du 31 août au 2 septembre, des frappes énergiques et productives de Franklin ont infligé de nombreux dégâts au sol, coulé deux cargos, emporté de nombreux avions ennemis en vol et effectué des relevés photographiques.

Le 4 septembre, il s'est reconstitué à Saipan et a fumé dans le TG 38.4 pour une attaque contre Yap (3-6 septembre) qui comprenait une couverture aérienne directe de l'invasion Peleliu le 15. Le groupe s'est ravitaillé à Manus Island, dans les îles de l'Amirauté, du 21 au 25 septembre.

Franklin, en tant que navire amiral du TG 38.4, est revenu au Palaus où il a lancé des patrouilles quotidiennes et des chasseurs de nuit. Le 9 octobre, elle a rendez-vous avec des groupes de transporteurs coopérant dans des frappes aériennes à l'appui de l'occupation à venir de Leyte. Au crépuscule du 13, le Groupe opérationnel a été attaqué par quatre torpilles de bombardiers raté de peu Franklin à deux reprises. Un avion ennemi a tenté de s'écraser sur Franklin, mais n'a réussi qu'à jeter un coup d'œil du pont d'envol derrière la structure de l'île. adversaire.

Tôt le 14, les porte-avions rapides ont envoyé un chasseur contre Aparri, Luzon, à la suite de quoi Franklin a fumé à l'est de Luzon pour neutraliser les installations à l'est avant le débarquement d'invasion sur Leyte. Le 15, il a été attaqué par trois avions ennemis, dont l'un a tiré une bombe sur le coin extérieur arrière de l'élévateur de bord de pont, faisant 3 morts et 22 blessés. Bay le 19 octobre quand ses avions ont coulé un certain nombre de navires, en ont endommagé beaucoup, ont détruit une cale sèche flottante et ont mis en sac 11 avions.

Pendant les atterrissages initiaux sur Leyte (20 octobre) son avion a frappé les pistes d'atterrissage environnantes et a lancé des patrouilles de recherche en prévision de l'approche d'une force d'attaque ennemie signalée. Le matin du 24 octobre, lors de la bataille de la mer de Sibuyan, ses avions ont fait partie des vagues qui ont attaqué la "First Raiding Force" japonaise (vice-amiral Takeo Kurita), aidant ainsi à couler le supercuirassé japonais Musashi au sud de Luzon. , et endommage les cuirassés Fuso et Yamashiro, et coule le destroyer Wakaba. Alors que d'autres menaces ennemies se matérialisaient dans un autre quartier, Franklin, avec les TG 38.4, 38.3 et 38.2, accéléra pour intercepter l'avancée des porte-avions japonais et attaquer à l'aube. Les groupes de frappe de Franklin se sont combinés avec ceux des autres porte-avions le 25 octobre lors de la bataille du cap Engano pour endommager le porte-avions Chiyoda (il serait ensuite coulé par des tirs de croiseurs américains) et couler le petit porte-avions Zuiho.

Se retirant dans son groupe opérationnel pour faire le plein, elle est revenue à l'action de Leyte le 27 octobre, ses avions se concentrant sur un croiseur lourd et deux destroyers au sud de Mindoro. Elle était en route à environ 1 000 milles au large de Samar le 30 octobre lorsque des bombardiers ennemis sont apparus, se pliant à une mission suicide. Trois ont obstinément poursuivi Franklin, le premier tombant de son côté tribord, le second heurtant le pont d'envol et s'écrasant sur le pont de la galerie, faisant pleuvoir la destruction, tuant 56 personnes et en blessant 60, le troisième en libérant un autre quasi-accident à Franklin avant de plonger dans le pont d'envol du petit porteur Bois Belleau. Les deux porte-avions se sont retirés à Ulithi pour des réparations temporaires et Franklin s'est rendu au chantier naval de Puget Sound, Bremerton, Washington, où il est arrivé le 28 novembre 1944 pour réparer ses dommages de bataille.

Elle a quitté Bremerton le 2 février 1945 et après des exercices d'entraînement et une qualification de pilote a rejoint TG 58.2 pour les grèves sur la patrie japonaise à l'appui des atterrissages d'Okinawa. Le 15 mars, elle a rendez-vous avec les unités de la Force opérationnelle 58 et trois jours plus tard, elle a lancé des balayages et des frappes contre Kagoshima et Izumi dans le sud de Kyushu.

Avant l'aube du 19 mars 1945, Franklin, le capitaine Leslie E. Gehres, commandant, a lancé un balayage de chasseurs contre Honshu et plus tard une frappe contre la navigation dans le port de Kobe. Soudain, un seul avion ennemi a percé la couverture nuageuse et a effectué une course à basse altitude sur le vaillant navire pour larguer deux bombes perforantes semi-blindées. L'un a heurté l'axe du pont d'envol, pénétrant jusqu'au pont du hangar, provoquant des destructions et allumant des incendies à travers les deuxième et troisième ponts, et assommant le centre d'information de combat et le terrain aérien. Le second a touché l'arrière, déchirant deux ponts et attisant les incendies qui ont déclenché des munitions, des bombes et des roquettes. Franklin, à moins de 50 milles du continent japonais, gisait mort dans l'eau, a pris une gîte de 13° à tribord, a perdu toutes les communications radio et a grillé sous la chaleur des incendies enveloppants.

De nombreux membres d'équipage avaient été jetés par-dessus bord, chassés par le feu, ou avaient été tués ou blessés, mais les 106 officiers et 604 enrôlés qui sont restés volontairement à bord ont sauvé leur navire grâce à leur courage et leur ténacité. Les pertes s'élevaient à 724 tués et 265 blessés, et auraient largement dépassé ce nombre sans le travail héroïque de nombreux survivants. Parmi ceux-ci se trouvaient le capitaine de corvette Joseph T. O'Callahan, ChC (SJ) USNR, l'aumônier catholique romain du navire, qui a émergé comme un spectacle émouvant. Il semblait être partout », a raconté plus tard un témoin oculaire, « donnant l'extrême-onction aux morts et aux mourants, exhortant les hommes à continuer et lui-même à manipuler des tuyaux, à larguer des munitions et à faire tout ce qu'il pouvait pour aider à sauver notre navire. Il était si visible non seulement à cause de la croix enduite de peinture sur son casque, mais aussi à cause de son air apparemment détaché alors qu'il allait d'un endroit à l'autre avec la tête légèrement inclinée comme s'il méditait ou priait. Le lieutenant (junior grade) Donald A. Gary est également devenu un héros, calmant des hommes anxieux apparemment piégés dans un compartiment rempli de fumée. Après avoir trouvé une issue après des tentatives répétées, il a conduit quelque 300 de ses compagnons de bord à l'abri. Plus tard, il a organisé et dirigé des équipes de lutte contre l'incendie pour combattre le brasier ardent sur le pont du hangar, et est entré dans la salle d'incendie numéro trois pour faire monter la vapeur dans une chaudière, bravant ainsi des dangers extrêmes. Les deux hommes ont ensuite reçu des médailles d'honneur car leurs navires de bravoure ont également été nommés en leur honneur. Le croiseur léger Santa Fe (CL-60) a également apporté une aide vitale pour sauver les membres d'équipage de la mer et fermer Franklin pour enlever les nombreux blessés.

Franklin a été pris en remorque par le croiseur lourd Pittsburgh (CA-72) mais il a réussi à travailler jusqu'à 14 nœuds et a finalement atteint Pearl Harbor, où un travail de nettoyage lui a permis de se rendre par ses propres moyens aux États-Unis, atteignant finalement Brooklyn, New York, le 28 avril. Après la fin de la guerre, Franklin a été ouvert au public pour les célébrations de la Journée de la Marine en octobre 1945, et le 17 février 1947 a été mis hors service à Bayonne, New Jersey.

Alors que Franklin était « mis en sommeil » à Bayonne, ne retournant jamais au service actif, il a été redésigné en porte-avions d'attaque (CVA-13) le 1er octobre 1952, en porte-avions de soutien à la guerre anti-sous-marine (CVS-13) le 8 août 1953 et, finalement, à un transport d'avions (AVT-8) le 15 mai 1959. Il a été rayé du Naval Vessel Register le 1er octobre 1964.

Bien que la Marine ait initialement vendu le navire à Peck Iron and Metal Company, Portsmouth, Virginie, elle l'a repris en raison d'une exigence urgente du Bureau of Ships pour l'utilisation de ses quatre turbo-générateurs. En fin de compte, cependant, il a été vendu, pour mise au rebut, à Portsmouth Salvage Company, Chesapeake, Virginie, le 27 juillet 1966. Il a quitté la marine en remorque (Red Star Towing Company) le soir du 1er août 1966.

Franklin a reçu quatre étoiles de bataille pour son service pendant la Seconde Guerre mondiale.

source: US Naval History & Heritage Command

Benjamin Franklin (17 janvier 1706 - 17 avril 1790) était l'un des pères fondateurs des États-Unis. Polymathe renommé, Franklin était un auteur, imprimeur, théoricien politique, homme politique, maître de poste, scientifique, inventeur, militant civique, homme d'État et diplomate de premier plan. En tant que scientifique, il était une figure majeure des Lumières américaines et de l'histoire de la physique pour ses découvertes et ses théories concernant l'électricité. En tant qu'inventeur, il est connu pour le paratonnerre, les lentilles bifocales et le poêle Franklin, entre autres inventions. Il a facilité de nombreuses organisations civiques, y compris le service d'incendie de Philadelphie et une université.

Franklin a obtenu le titre de « premier américain » pour sa campagne précoce et infatigable pour l'unité coloniale en tant qu'auteur et porte-parole à Londres pour plusieurs colonies, puis en tant que premier ambassadeur des États-Unis en France, il a incarné la nation américaine émergente. Franklin a joué un rôle fondamental dans la définition de l'éthique américaine comme un mariage des valeurs pratiques d'épargne, de travail acharné, d'éducation, d'esprit communautaire, d'institutions autonomes et d'opposition à l'autoritarisme à la fois politique et religieux, avec les valeurs scientifiques et tolérantes des Lumières. Selon les mots de l'historien Henry Steele Commager, "Dans un Franklin pourrait être fusionné les vertus du puritanisme sans ses défauts, l'illumination des Lumières sans sa chaleur." Pour Walter Isaacson, cela fait de Franklin "l'Américain le plus accompli de son âge et le plus influent sur l'invention du type de société que l'Amérique deviendrait. »

Franklin, toujours fier de ses racines ouvrières, est devenu un rédacteur en chef et un imprimeur de journaux à succès à Philadelphie, la principale ville des colonies. Avec deux associés, il publia le Pennsylvania Chronicle, un journal connu pour ses sentiments révolutionnaires et ses critiques de la politique britannique. Il est devenu riche en publiant Poor Richard's Almanack et The Pennsylvania Gazette. Franklin était également l'imprimeur de livres pour les Moraves de Bethléem, en Pennsylvanie (1742). Les livres moraves imprimés de Franklin (imprimés en allemand) sont conservés et peuvent être consultés aux Archives moraves situées à Bethléem. Franklin a visité Bethléem plusieurs fois et a séjourné au Moravian Sun Inn.

Il a joué un rôle majeur dans la création de l'Université de Pennsylvanie et a été élu premier président de l'American Philosophical Society. Franklin est devenu un héros national en Amérique lorsqu'en tant qu'agent de plusieurs colonies, il a dirigé les efforts pour que le Parlement de Londres abroge l'impopulaire Stamp Act. Diplomate accompli, il était largement admiré parmi les Français en tant que ministre américain à Paris et fut une figure majeure dans le développement de relations franco-américaines positives. Ses efforts pour obtenir le soutien de la Révolution américaine par des expéditions de munitions cruciales se sont avérés essentiels pour l'effort de guerre américain.

Pendant de nombreuses années, il fut maître de poste britannique pour les colonies, ce qui lui permit de mettre en place le premier réseau national de communications. Il a été actif dans les affaires communautaires, la politique coloniale et étatique, ainsi que les affaires nationales et internationales. De 1785 à 1788, il est gouverneur de Pennsylvanie. Vers la fin de sa vie, il a libéré ses propres esclaves et est devenu l'un des abolitionnistes les plus en vue.


Contenu

La quille de Franklin a été posé le 7 décembre 1942, le premier anniversaire de l'attaque de Pearl Harbor, et il a été lancé par la Newport News Shipbuilding Company, en Virginie, le 14 octobre 1943, parrainé par le lieutenant-commandant Mildred H. McAfee, un officier de marine américain qui était le directeur des WAVES.Ce navire de guerre a été nommé en l'honneur du père fondateur Benjamin Franklin et pour les navires de guerre précédents qui avaient été nommés pour lui, il n'a pas été nommé pour la bataille de Franklin, Tennessee, qui a eu lieu pendant la guerre civile américaine, comme cela est parfois rapporté à tort, [3] bien qu'une note de bas de page dans Le Franklin rentre à la maison [4] attribue le nom à la bataille de Franklin. (Franklin, Tennessee a également été nommé d'après Benjamin Franklin.) Franklin a été commandé le 31 janvier 1944, avec le capitaine James M. Shoemaker aux commandes. [5] Parmi les propriétaires de planches se trouvait une fanfare composée de plusieurs hommes enrôlés qui étaient à l'époque des musiciens professionnels, dont Saxie Dowell et Deane Kincaide, affectés à Franklin par une loterie. [ citation requise ]


Recherche des journaux de pont de l'USS Franklin

Bonjour, Mon père était Marine pendant la Seconde Guerre mondiale dans le Pacifique de 1943 à 1945. Il a mentionné son retour à bord de l'USS Franklin avec d'autres Marines d'Okinawa. Elle est rentrée chez elle en boitant à 30 degrés, survivant encore une fois ! Je suis à la recherche d'informations sur ce voyage de retour alors que j'essaie de reconstituer son histoire de service et son temps passé au Pacific Theatre. Toute aide serait appréciée! Merci beaucoup.

Re: Recherche des logs de pont de l'USS Franklin

Je crains que le navire qui a ramené votre père d'Okinawa ne soit pas l'USS Franklin (CV-13). L'attaque qui a sorti le porte-avions de la guerre a eu lieu le 19 mars 1945, plusieurs jours avant le Le 1er avril, les États-Unis débarquent à Okinawa. Le navire est alors sur le chemin du retour et arrive à New York le 28 avril.

Il est très possible que votre père soit revenu aux États-Unis sur un autre porte-avions. Les porte-avions suivants : USS Saratoga (CV-3), USS Enterprise (CV-6), USS Yorktown (CV-10), USS Hornet (CV-12), USS Ticonderoga (CV-14), USS Hancock (CV-19), USS Independence (CVL-22), USS Belleau Wood (CVL-24) et USS San Jacinto (CVL-30) ont tous joué ce qui était connu sous le nom de croisières & ldquoMagic Carpet” qui a ramené le personnel militaire américain des champs de bataille lointains du Pacifique.

Je espère que vous trouverez ces renseignements utiles.

Re: Recherche des logs de pont de l'USS Franklin
Jason Atkinson 18.08.2020 10:59 (в ответ на Michael Quinn)

Merci d'avoir posté votre demande sur History Hub !

Nous avons effectué des recherches dans le catalogue des archives nationales et localisé les journaux de bord des navires et stations de la marine américaine, 1941 - 1983 dans les dossiers du Bureau of Naval Personnel (Record Group 24) qui incluent les journaux de pont de l'USS Franklin (CV-13) de son mise en service du 31 janvier 1944 au 17 février 1947. Nous avons également localisé les rapports d'action et d'exploitation de la Seconde Guerre mondiale dans les dossiers du bureau du chef des opérations navales (groupe de dossiers 38) qui peuvent inclure des rapports soumis par l'USS Franklin. Pour plus d'informations, veuillez contacter les Archives nationales de College Park - Textual Reference (RDT2) par courrier électronique à l'adresse [email protected]

De plus, nous avons localisé les journaux de guerre de la Seconde Guerre mondiale, d'autres documents opérationnels et histoires, ca. 1/1/1942 - env. 6/1/1946 dans les archives du bureau du chef des opérations navales (groupe d'enregistrements 38) qui contient des journaux de guerre et des rapports concernant les activités de l'USS Franklin pendant la Seconde Guerre mondiale. Ces notices ont été numérisées et peuvent être consultées en ligne à l'aide du Catalogue.   Veuillez garder à l'esprit que le catalogue ne répertorie pas toujours les fichiers par ordre chronologique.

De plus, nous avons localisé des images animées liées à des activités militaires, ca. 1947 - 1980 dans le   General Records of the Department of the Navy (Record Group 428) qui comprend 30 films relatifs à l'USS Franklin. Quatorze de ces films ont été numérisés et peuvent être visionnés en ligne à l'aide du Catalogue, mais le reste n'a pas encore été numérisé. Ensuite, nous avons localisé les enregistrements audio d'émissions radio de discours, d'interviews, de rapports de combat, d'événements spéciaux, d'affaires publiques et de divertissement pour les troupes américaines, 1932 - ca. 1952 dans la David Goldin Collection (Collection G) qui comprend 2 enregistrements audio concernant l'USS Franklin qui n'ont pas été numérisés. Pour plus d'informations sur les films et enregistrements audio non numérisés restants, veuillez contacter les Archives nationales de College Park - Motion Pictures (RDSM) par e-mail à [email protected]

Des photographies de diverses activités de l'armée, de la marine et du corps des marines des États-Unis datant de 1940 à 2007 sont sous la garde des Archives nationales de College Park - Still Picture (RDSS). Veuillez contacter le RDSS par e-mail à [email protected] pour demander une recherche de photographies de navires spécifiques.

En référence à votre objectif de recherche plus large de reconstruire son historique de service, si vous ne l'avez pas déjà fait, nous vous suggérons de demander une copie de son dossier officiel du personnel militaire (FMO). Les OMPF et les dossiers médicaux des officiers et du personnel enrôlé du Corps des Marines des États-Unis qui ont été mis hors service après 1904 et avant 1958 sont situés au National Personnel Records Center (NPRC) de la NARA (Military Personnel Records), 1 Archives Drive, St. Louis , MO  63138-1002.  Pour demander ces documents, veuillez envoyer un formulaire GSA Standard Form 180 dûment rempli au NPRC.  Assurez-vous de spécifier que vous voulez l'intégralité du fichier à des fins généalogiques. Les vétérans et leurs proches peuvent également utiliser eVetRecs pour demander des dossiers. Consultez l'aide d'eVetRecs pour obtenir des instructions. Pour plus d'informations, voir Dossiers officiels du personnel militaire (FPMO), Demandes de documents d'archives

En raison de la pandémie de COVID-19 et conformément aux directives reçues du Bureau de la gestion et du budget (OMB), la NARA a ajusté ses opérations normales pour équilibrer la nécessité d'achever son travail critique tout en respectant la distanciation sociale recommandée pour le sécurité du personnel de la NARA. En raison de cette nouvelle hiérarchisation des activités, vous pouvez rencontrer un retard dans la réception d'un accusé de réception initial ainsi que d'une réponse substantielle à votre demande de référence de RDT2, RDSM et RDSS. En outre, le personnel du NPRC ne traite actuellement que les demandes d'urgence et étendra bientôt son service pour inclure les demandes urgentes d'anciens combattants pour les dossiers nécessaires pour garantir les garanties de prêt immobilier et les opportunités d'emploi de VA. Nous nous excusons pour ce désagrément et vous remercions de votre compréhension et de votre patience.

Nous avons effectué des recherches sur le site Web du Naval History and Heritage Command et avons trouvé un article sur Franklin III (CV-13) ainsi que plusieurs photographies.

Enfin, le site non officiel NavSource a une page sur l'USS Franklin.


Voir la vidéo: The USS Enterprise: Hero Ship of WWII. Battle 360. History (Mai 2022).